Rapporter un commentaire

Merci de prendre un peu de temps pour rapporter ce commentaire à l'administrateur du site.
Veuillez compléter ce formulaire puis cliquez sur envoyer pour soumettre votre rapport concernant ce commentaire.

Nom
 
E-mail
 
Motif du rapport
 
 
 

Commentaire en question

Quelques éléments de réflexion

By: Ibraahiima SAAR (Membre IP 85.168.171.37) on 23-12-2009 13:02

Ceerno Oumar, je voudrais te remercier pour cette réflexion sur les méthodes de traduction des termes généraux de l'informatique. C'est une bonne chose de travailler sur l'analyse théorique afin de cerner des problèmes et anticiper sur certaines difficultés. Ce que nous devons faire, c'est justement de commencer par l'étape indispensable de s'organiser et de tracer des lignes directrices communes afin d'éviter la dispersion. Nous avons créé un site et un forum pour trouver une méthode de travail commune et des ressources aptes à rendre notre tâche plus aisée. 
Pour en venir donc aux termes et à la méthode que tu préconise, je crois que c'est une obligation de respecter tous les apports dialectaux du fulfulde. De ce fait si nous pouvons effectivement etre compris par le maximum de fulɓe dans nos traduction, c'est ce que nous recherchons.  
Personnellement, je suis plus familier avec le dialecte du Fuuta-Tooro mais j'apprends beaucoup sur le Fuuta-Jaloo notamment avec Saajo Bah et l'ancien forum Boubah qui a malheureusement disparu. Je sais que chacun de ces dialectes a des insuffisances que l'autre peut combler et cela est une vraie richesse. Cependant, nous ne devons pas perdre de vue que notre approche dans la traduction est plus scientifique qu'émotionnel. Ce qui nous semble "bon à entendre" n'est pas forcément approprié du point de vue de la science d'autant plus, comme tu l'as clairement indiqué que la langue source est l'anglais. Nous avons un avantage certain: le pulaar est plus proche de l'anglais dans bien des aspects linguistiques que le français! Nous n'avons pas encore essayé de faire des recherches sur ce qui a été fait avant. Mais je peux vous dire sue beaucoup de problèmes avaient fait l'objet de discussions dans les années 90. J'ai moi même dirigé une formation en informatique de base et traitement de texte / publipostage, parrainée par Kawtal en 1996 à Mantes-La-Jolie. Nous avons travaillé sur les menus de Word en pulaar. Ce que nous avons constaté, c'est que l'anglais utilise non pas l'infinitif dans les menus actions comme "copy", "paste", mais bien l'impératif. L'absence du tout ne veux rien dire car celui-ci a complètement et naturellement disparu même dans les manuels scolaires. L'omission du "to" est la règle et il arrivera un jour où personne se s'en souviendra... Donc l'impératif utilisé dans les menus nous a semblé correspondre tout naturellement à ce que le pulaar appelle "yamiroore". De ce fait, toutes les actions visant à produire un évènement logiciel doivent utiliser ce fameux "yamiroore". 
L'ordinateur nous présente un "menu" comme au restaurant (dosu = doggol suɓorde), nous choisissons donc des action à lui faire faire comme "copier" en lui donnant l'ordre comme ceci "ddottu/ɗakku" (cut/paste), "fuɗɗo/uddu" (start/close). Le pulaar dans ce cas-ci est plus adapté que le français et l'anglais car il n'y a aucune ambiguité sur la nature du mot comme en anglais (paste = infinitif et impératif) et en français (coller ne correspond pas à l'impératif "paste" en anglais) 
Nous avons donc adopté l'impératif pour les menus et actions car il correspond à l'outil informatique dont la finalité est d'excécuter des tâches que nous lui demandons de faire. D'ailleurs la plupart des programmes informatique fonctionnent avec la commande "exécuter" (des ordres ou requêtes). Il est donc clair au vu de ces éléments, que l'impératif est ici incontournable et correspond plus à la finalité informatique qu'à l'apport d'un dialecte particulier. A mon avis, comme il a été adopté depuis cette rencontre de 1996 en présence de représentants du Fuuta-Tooro et du Fuladuu, ce serait une avancée considérable que nous l'adoptions dans nos projets de localisation. 
En ce qui concerne les différences dialectales, je pense que l'informatique est suffisamment compliqué pour qu'on y ajoute plus de compication. Le problème dialectal ne se pose pas à mon avis car les termes utilisés en informatiques sont au dessus du sens dialectal qu'on leur donne dans nos différentes contrées. Tout le monde va trouver ces termes "étranges" car n'ayant pas le sens qu'on leur connait dans le language commun. Donc quelque soit notre dialecte, nous devons apprendre les termes informatique comme de nouveaux concepts qui ne correspondent pas à ceux qu'on manipulent quotidiennement! Personne n'est donc '"avantagé" car c'est nouveau pour nous tous! Profitons donc de cet effet "nouveau" pour mettre les termes localisés au dessus et à l'abri de nos particularités dialectales. 
Merci à tous 
 
Ibrahima SARR

 

» Signaler ce commentaire à l'administrateur

» Répondre à ce commentaire

»  Retour à l'article


mXcomment 1.0.9 © 2007-2017 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
RocketTheme Joomla Templates
Copyright © 2017 FULA LOCALIZATION PORTAL. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.